Le recyclage des fenêtres : un enjeu environnemental

Le marché français de la rénovation des fenêtres concerne environ 7 millions de menuiseries extérieures. La grande majorité de ces fenêtres est en bois, un matériaux relativement facile à recycler car biodégradable.

Demain, la rénovation concernera un parc de fenêtres en PVC et en aluminium principalement. La filière recyclage de ces fenêtres de nouvelle génération a donc un défi à relever pour les années à venir. Selon l’ADEME, le BTP, en France, représente 30 % de la production totale de déchets (soit 253 millions de tonnes). Une question de performance environnementale essentielle.

Comment recycler une fenêtre ?

La première solution pour recycler vos fenêtres est la plus simple à mettre en pratique. Vous pouvez les confier directement à l’entreprise qui a effectué leur dépose. Elle se chargera de les livrer directement à une déchetterie de proximité où à un centre de tri.

Vous pouvez aussi trouver des sociétés spécialisées dans le recyclage des fenêtres ou encore déposer vos fenêtres en personne au centre de tri de votre choix en ayant préalablement séparé le verre, des pièces métalliques du châssis. Une solution peut évidente à mettre en pratique.

Les passionnés de décoration peuvent acheter certaines pièces ou même la fenêtre dans son ensemble pour réaliser des créations artistiques ou élaborer des éléments de décoration comme des tables basses, des cloisons de cuisine ou des cache clim par exemple.

Que deviennent les éléments d’une fenêtre une fois recyclée ?

Le PVC peut être réutilisé pour la construction de tuyaux dans le bâtiment, de bacs de transport en étant préalablement transformé en paillettes par des sociétés spécialisées. L’aluminium est débarrassé de ses couches de laques puis fondu. Il est ensuite transformé en pièce automobiles : roues, pièces de moteurs etc… Les vitres sont fondues et transformées en bouteilles.

Le recyclage des menuiseries PVC

Le PVC constitue une révolution pour le marché de la menuiserie. Son cycle de recyclage existe déjà. Plus de 300.000 tonnes de PVC ont été recyclées en Europe en 2015.

La collecte des chutes de PVC se fait auprès des industriels ou des centres de tri qui auront effectué une séparation des divers pièces et matériaux au préalable. Les châssis et profils en PVC sont ensuite broyés ce qui permet la réduction du plastique en paillettes. En passant ensuite dans un convoyeur à tri magnétique, les paillettes sont dépolluées des matières contenant du fer. Les paillettes ainsi purifiées entre ensuite soit en phase d’extrusion soit de micronisation (mise en poudre) prête à être réutilisé comme un matériau de base.

Il existe en France une véritable filière de recyclage des menuiseries en PVC. Des programmes tel que le plan Vinyl 2010 ou Recyclage PVC existent pour permettre de suivre et tracer le processus de recyclage de l’industrie du PVC. Certains fabricants récupèrent et recyclent eux-mêmes les fenêtres en PVC. Des points de collecte sont également disponibles. Certains services effectuent même une récupération à domicile. Un fabricant de menuiseries PVC comme Veka collecte ainsi les fenêtres en fin de vie directement sur le chantier ou en centres de tri DIB (Déchets Industriels Banals) ainsi que les chutes.

Le recyclage des fenêtres en bois

Certaines initiatives industrielles visent à faciliter à abaisser le coût du recyclage des menuiseries en bois. En Alsace, une déchèterie a ainsi développé un broyeur capable de trier ce type de déchets.

Basée à Hochfelden, le système de recyclage des fenêtres bois est automatisé. Une machine qui serait en mesure de traiter jusqu’à 200 tonnes de fenêtres par mois, soit une tonne par heure. Constituée d’un broyeur doté de seize couteaux, la machine découpe d’abord la fenêtre en petits morceaux.

Les métaux ferreux sont extraits à l’aide d’un électro-aimant. Les autres matériaux tels que le bois, verre et métaux non ferreux sont déversés dans un bac rempli d’eau. Le bois, qui flotte en surface, est récupéré à l’aide d’un racleur, les autres déchets plus lourds tombent au fond du bac et sont évacués par une vis sans fin avant d’être convoyés vers des centres de tris spécifiques. Le bois ainsi obtenu est utilisé comme bois de chausse pour l’industrie.

Le recyclage des fenêtres en aluminium

Les réserves de bauxite, minerai dont on extrait l’aluminium sont encore confortables, estimées à environ 300 ans. Mais l’extraction de bauxite sera de moins en moins nécessaire (car génératrice de CO2 comme toute activité d’extraction) : le circuit de recyclage et de valorisation de l’aluminium étant performant.

Selon une étude européenne publiée en 2003 par l’Université de Technologie de Delft, le taux moyen de collecte des menuiseries alu (portes et fenêtres principalement) est de 96% après broyage et refonte. Aujourd’hui 40% des besoins en aluminium en Europe sont issus de la filière recyclage. 30% à l’échelle mondiale.

Recycler 1 kg d’aluminium représenterait 5% de l’énergie consommée pour la production d’1 kg d’aluminium. Selon les chiffres de la fédération, depuis 1950, la consommation d’électricité liée à la production d’aluminium a été réduite de 30%.

Le recyclage des fenêtres en acier

L’acier est un matériau qui se recycle intégralement à l’infini. C’est un de ses gros avantages. le recyclage des fenêtres en acier. L’acier est le matériau le plus recyclé au monde. 50% de l’acier produit en France provient d’acier recyclé.

L’acier recyclé est utilisé pour la fabrication d’objets de tous les jours : ustensiles de cuisine, outils, clés, caddies, automobile, électroménager… Il n’est toutefois pas transformé à nouveau en fenêtre.

acier en attente de recyclage

Le recyclage des vitres

La filière de recyclage du verre plat (différent du verre issus des bouteilles par exemple) est en phase de structuration. Les ministères de l’Ecologie et de l’Economie et les professionnels du bâtiment ont signé en 2017 un engagement visant à développer la filière de recyclage du verre plat de déconstruction et de rénovation.

Le gisement de verre plat à recycler atteint 200 000 tonnes toutefois son taux de valorisation reste aujourd’hui inférieur à 5% du fait de la complexité et des variétés de types de vitrages, par exemple avec ou sans intercalaire d’isolation acoustique. Cet engagement vise à atteindre des objectifs nationaux de valorisation de 70% des déchets du bâtiment dès 2020. L’objectif visé est la collecte et le tri de 40 000 tonnes de verre plat chaque année, un objectif poussé à 80 000 tonnes collectées et triées pour 2025.